top of page

Personnaliser un carrelage (2)










Une fois les carreaux préparés ( voir l'épisode 1) et peut-être numérotés ( si votre construction de fresque est complexe), nous allons reporter les motifs de la fresque.

 Ici, l'idée est de reproduire des motifs choisis dans le joli papier peint de la salle de bain, en encadrant les robinets placés au dessus de la vasque.

Avec les chutes de papier peint, je choisis les sujets et je les décalque, afin d'essayer leur positionnement sur la fresque .

Les dessins sont reproduits sur du papier calque (en rouleau ou en feuille), avec juste leur  contour et les détails importants, pour pouvoir "placer les motifs" in situ (vous pouvez voir sur la photo ci-contre, que les carreaux ont été dessinés au crayon sur la crédence, afin d'indiquer où seront placés les joints). Cette vision grandeur nature,  permet de valider la taille du motif, son placement, sa densité. Il faut éviter autant que possible de 'couper' les parties importantes et détaillées du  dessin par les futurs joints, ou les obstacles comme les robinets. Cela demande donc un placement très soigné du schéma.




Vous pouvez agrandir ou diminuer les motifs à la photocopieuse ou encore inverser le sujet

(retourner en miroir) si cela cadre mieux avec la surface à décorer. A la pose, il faudra bien respecter les écarts de joint entre les carreaux, et quand le fond, comme ici est coloré, un joint de couleur assorti atténuera l'effet quadrillage.(coloration du joint à l'acrylique)


La reproduction du motif s'effectue à l'ancienne, au recto: le dessin decalqué au crayon (mon préféré, que mes enfants m'offrent en boîtes de 50/bic matic HB)

 Au verso, je repasse au crayon Stabilo 8046 ( Très noir, très gras, très utile pour dessiner sur la porcelaine émaillée, le verre et le plastique). 

Je place ensuite le calque à nouveau dans le bon sens,  sur le carreau concerné,  et je le fixe par un petit bout de scotch invisible, ce qui me permettra de soulever  le calque comme une page pour vérifier la qualité du transfert, et de le repositionner exactement ensuite pour rajouter un détail manquant.

On peut aussi opérer avec un carbone ( spécial porcelaine) mais son opacité rend la vérification et le repérage du tracé plus périlleux. Il faut bien scotcher le motif et le carbone de telle sorte à pouvoir le replacer exactement après vérification.

Dans le cas de frise ou de motifs répétitifs, vous pouvez utiliser la méthode du poncif, je vous en donnerai la recette dans un futur post.


Une fois le motif reproduit, nous allons le tracer ( à la plume) avec une couleur de contour assortie au résultat recherché: ici, deux coloris suffisent: un vert clair et un marron clair, appliqués selon les sujets à tracer. L'idée c'est que ce " cerné" se fonde ensuite avec la couleur de la peinture du sujet. (les traces de crayon ou de carbonne brûleront à la cuisson)

 

L'émail des carreaux est très lisse et brillant, et j'ai choisi d'utiliser le médium acqueux de Scherning ( paraffine) qui glisse très bien quand on l'utilise à la plume. Il faut toutefois agiter souvent la solution, pour que les pigments ne se déposent pas au fond. J'utilise pour cela des étuis à lentilles, parfaits encriers avec un bouchon hermétique.




L'utilisation de la plume permet de cerner les motifs et d'effectuer les détails très fins. Le médium acqueux, une fois sec, ne se laissera pas perturber par la peinture à base d'huile. De plus il est facile à gratter ( une fois sec) pour le rectifier, affiner un trait, effacer un pâté.



les couleurs vitrifiables sont transparentes et se superposent avec un effet "vitrail": il convient donc d'accentuer un peu les couleurs pour qu'elles dominent et contrastent mieux quand le fond est coloré.. (on peut utiliser un blanc opaque en sous couche et première cuisson, le cas échéant, pour les zones très claires ou que l'on souhaite blanches). En deuxième cuisson, le dessin sera plus précis.

Vous pouvez avant de commencer, effectuer sur une chute de votre carrelage, un petit échantillon des couleurs pour pouvoir mettre au point vos nuances et "prévoir" l'effet après-cuisson.

De toute façon, il est inutile d'essayer d'obtenir un résultat parfait à la première cuisson, la plupart des couleurs nécessiteront une retouche et une recuisson. Deux couches fines valent mieux qu'une trop grande épaisseur qui pourra terminer en craquelures et tressaillages (cloques)...Les rouges en particulier,( couleur un peu névralgique et peu résistante à la chaleur) peuvent demander plusieurs cuissons, mais avec une application très fine à chaque fois.




Il s'agit de faïence, donc la température cuisson des couleurs sera de 750°C. Après la première cuisson, il faut reprendre les motifs ( sans épaisseur) pour faire ressortir les détails et accentuer les couleurs, puis recuire. Les détails seront plus nets, les couleurs plus vives et plus opaques. Pour les bleus ou les couleurs très claires il peut être utile d'ajouter un peu de fondant pour éviter des zones trop mates. Attention le fondant a tendance à pastelliser les couleurs.


nota:Il est possible de recuire une troisième fois, voire une quatrième si cela s'avérait nécessaire, ou si cela vous rassure de "sauvegarder " votre dessin avant d'aller plus loin!


Entreposez ensuite vos carreaux avec un papier intercalaire pour éviter les rayures si vous ne les posez pas tout de suite... Leur face de dessous est souvent rugueuse et brute!


Décorer ses propres carreaux donne envie de refaire salle de bains et cuisines!!! Mais vous pouvez aussi refaire un dessus de table, une table basse, en chinant par exemple des piètements de fer forgé dans les brocantes!


A vos pinceaux! N'hésitez pas à poser vos questions si vous rencontrez un problème particulier!

Pour la pose, l'épisode 3 vous donnera le mode d'emploi...

Comments


bottom of page